Un monde à transformer - Du monde à découvir






Un monde à transformer

Du monde à découvrir

Roc Estrie


Un monde à transformer
Du monde à découvrir

L'empire du libre-échange : quels enjeux pour nous ?

Mercredi, 27 avril 2016

L'empire du libre-échange : quels enjeux pour nous ?

C'est en s'intéressant à la Stratégie maritime du Gouvernement du Québec et au controversé projet de pipeline d'Énergie-Est, que les personnes instigatrices de la journée ont rapidement établi des liens avec la libéralisation des marchés sur le plan mondial et les grands accords internationaux de libre-échange qui influencent nos politiques économiques.
Quand on découvre ce qui se cache sous ces accords, il y a lieu de s'inquiéter sérieusement !
Retour sur la conférence de Claude Vaillancourt d'ATTAC-Québec et Bertrand Schepper, de l'IRIS-Recherche donnée à Sherbrooke le 27 avril dernier :

Les premiers accords sont apparus dans les années 80, puis dans les années 90 il y a eu une explosion d’accords de libre-échanges.  Souvenez-vous, l’ALENA entre le Canada et les États-Unis.  Certains ont été ratifiés tandis que d’autres, tels que la ZLEA (Zone de libre-échange des Amériques) et l’AMI (Accord multilatéral sur l’investissement), n’ont jamais vu le jour, en  grande partie grâce aux contestations populaires et syndicales.  Présentement, on entend parler d’un accord de libre-échange entre le Canada et l’Union Européenne, et d’un traité sur les Partenariats Trans Pacifiques. Un troisième accord sur le commerce des services (ACS) dont on ne sait pas grand-chose est également en route.

Quelques grands principes qui caractérisent les accords de libre-échange :
  1. Le secret : ils sont négociés dans le plus grand secret parfois durant plusieurs années.  Les lobbyistes des transnationales y sont très actifs.  L’accord qui fait généralement plusieurs milliers de pages va être ensuite rendu public. Il est formulé dans un langage juridique très difficile à comprendre.  Le Gouvernement va le ratifier.
  2. Tout est sur la table : il s’agit du principe d’une liste négative, si on veut qu’un secteur d’activités ex. l’Éducation soit exclu de l’accord, ça doit être mentionné dans celui-ci sinon on présume qu’ils sont inclus.
  3. La non-discrimination : tous ont droit à un traitement égal, même si les partenaires sont inégaux.  Ex : Mais bio, vs mais Monsanto.  Le plus bas soumissionnaire.
  4. Les mécanismes de règlements des différends entre investisseurs et État. En d’autres mots, la possibilité pour des entreprises de poursuivre les États, s’ils jugent qu’ils sont privés de profits, même pour des projets futurs.  Il y a de plus en plus de poursuites et elles durent des années.  La manne pour des cabinets d’avocats.
Après plus de vingt ans, on est désormais plus en mesure d’évaluer les impacts qu’ont eu ces accords pour les pays qui les ont adoptés.  D’abord, ils augmentent les inégalités sociales et ne favorise en rien une meilleure redistribution de la richesse.   Ils mettent une pression à la baisse sur les conditions de travail en mettant en compétition des pays ou les conditions de travail sont beaucoup moindres. Au Canada, il s’est perdu 500 000 emplois seulement dans le secteur manufacturier depuis une vingtaine d’années. 

Une fois qu’un accord a été adopté, il est pratiquement impossible de revenir en arrière. Dans le long terme, la démocratie en est affaiblie et le pouvoir des états.  Il n’y a de plus aucune protection relative à l’environnement. Les industries s’installent dans des pays où les normes environnementales sont moins élevées, ce qui favorise une augmentation du transport de marchandises et en conséquence de l’empreinte écologique. Il est clair que les grands gagnants de ces accords sont les entreprises multinationales qui multiplient les profits et qui ont beaucoup moins de barrières pour effectuer leurs activités.

Au niveau de l’Accord avec l’Union Européenne qui est négociée en ce moment, il semble qu’un des grands intérêts de l’Europe est de prendre les marchés publics.  Si on déréglemente et on permet la privatisation de certains secteurs publics, tel que la santé, les municipalités, l’éducation, il y a d’importants profits à faire.   Dans un scénario de privatisation des services publics, on peut se demander quel serait l’impact sur le secteur communautaire à long terme.

Devant tous les désavantages possibles, on est en droit de se demander pourquoi les gouvernements s’engagent à signer ces accords qui risquent d’effriter encore plus le tissu social. On peut se demander aussi comme le soulignait le chercheur de l’IRIS pourquoi on ne tend pas plus à diversifier notre économie plutôt que de miser seulement sur le commerce international. 

Comme citoyen et citoyenne, organismes d’action communautaire, demeurons informés et vigilants!
En aout prochain, l’important Forum social international aura lieu au Québec pour une première fois (à Montréal) l’un des grands thèmes de la rencontre est la Lutte contre la dictature de la finance et pour le partage des ressources.

Consultez le site :  http://www.quebec.attac.org/  ainsi que celui d’IRIS recherche :  http://iris-recherche.qc.ca/ qui contiennent une mine d’or d’information.   

Chapeau à la Chaudronnée de l’Estrie et l’AQDR, organismes instigateurs de l’évènement ainsi qu’aux différents partenaires (dont le ROC) qui ont appuyé sa réalisation !
 


Regroupement des organismes communautaires (ROC) de l'Estrie

45, rue des Abénaquis
Sherbrooke, Québec
J1H 1H1

Téléphone : 819 823-4131
 



PenseWeb.com - Catalogue de produits en ligne
Ce site Web est commandité par PenseWeb.com