MENU

Les artisan.e.s du communautaire autonome rechargent leur batterie et interpellent le gouvernement pour continuer de porter le filet social!

Thursday, February 18, 2021

Les artisan.e.s du communautaire autonome rechargent leur batterie et interpellent le gouvernement pour continuer de porter le filet social!

Hier, lors de la journée santé et ressourcement, ce sont plus de 300 artisan.e.s de l'action communautaire autonome (ACA) qui ont pris une pause bien méritée hier en participant au MÉGA zoom interrégional, avec la présence de l'artiste Yves Lambert, puis, pour les groupes de l'Estrie un No talent show. Une belle occasion de s'arrêter, se ressourcer et de partager pour recharger leurs batteries! C'est que le mouvement d'action communautaire autonome est épuisé! Cette mobilisation s'est soldée par une conférence de presse interrégionale afin d'envoyer un message fort au gouvernement. Voir notre communiqué de presse:

Les artisan.e.s du communautaire autonome rechargent leur batterie et interpellent le gouvernement pour continuer de porter le filet social!

Sherbrooke, le 17 février 2021 - Dans le cadre de la campagne Engagez-vous pour le communautaire!, qui réunit plus de 4000 organismes d'action communautaire autonome dans l'ensemble du Québec, des équipes de travail, des bénévoles et membres de 6 régions du Québec se sont réunis virtuellement afin de prendre une pause bien méritée. Cette action s'inscrit également autour de la Journée mondiale pour la justice sociale.

Ce sont plus de 300 personnes qui ont pris le temps d'échanger et de recharger leurs batteries dans le cadre de cette journée de ressourcement. Elles veulent également aujourd'hui envoyer un message fort au gouvernement : il est plus qu'urgent de financer les services publics et les organismes d'action communautaire autonome à leur juste valeur afin de renforcer notre filet social qui s'effrite dangereusement.
Depuis bientôt un an, les organismes communautaires autonomes tiennent à bout de bras une partie importante du filet social et cela participe grandement à la fatigue qu'on constate sur le terrain. Des groupes de l'Estrie ont été sondé à trois reprises depuis septembre et le taux d'épuisement se situe toujours en haut du 70%. C'est vraiment inquiétant!
« C'est pourquoi nous tenons à rappeler au gouvernement, qu'en ces temps de pandémie, les organismes continuent de remplir leur part du contrat social. Le délestage dans le réseau de la santé et des services sociaux a un impact sur notre milieu qui se retrouve plutôt seul à soutenir le filet social. Au-delà des fonds d'urgence, nous nous attendons à un soutien du gouvernement et cela passe par nous faciliter la tâche avec l'approvisionnement en masques et l'accès à la vaccination, par exemple. Or, depuis le début de la pandémie, nous avons l'impression de toujours devoir nous battre, comme si nous quêtions. Ceci participe grandement à l'épuisement vécu par nos travailleuses et nos travailleurs », s'indigne Claudelle Cyr, du Regroupement des organismes communautaires de l'Estrie.
Nous souhaitons une réelle reconnaissance du gouvernement québécois de l'apport social et économique des organismes. « Les gouvernements doivent financer les services publics et les organismes communautaires adéquatement afin de renforcer notre filet social fragilisé. Ils doivent aussi s'assurer du respect des droits humains fondamentaux », insiste Marilou Lépine-Gougeon de la Table ronde des organismes volontaires d'éducation populaire de l'Estrie.
La crise actuelle démontre les faiblesses de notre filet social québécois. Une chance que le mouvement d'action communautaire autonome est présent et qu'il a su s'adapter rapidement! Face au constat d'échec devant la capacité du réseau public de faire face à une crise sanitaire qui peut à tout moment prendre de l'ampleur et devant l'épuisement des travailleurs et travailleuses de ce réseau et celui du milieu communautaire, le gouvernement doit agir! Il doit faire preuve de courage politique et s'engager, dès maintenant, à améliorer le financement des services publics et des programmes sociaux pour mettre un terme aux conditions de travail difficiles dans ces secteurs et pour mettre fin aux inégalités sociales. Il n'est pas vrai que nous sommes égaux face à la pandémie. Il est pas mal plus facile de s'isoler quand on vit dans un bungalow avec un terrain que dans un appartement surpeuplé! Ou encore pire, dans un milieu violent.

Les travailleurs et travailleuses des organismes communautaires autonomes connaissent les enjeux qui touchent la population : pauvreté, racisme, accès à une alimentation saine, aux soins de santé, à un logement décent, etc. Le gouvernement a le devoir de reconnaître les expertises communautaires et d'agir dès que la situation le demande. Il a le devoir de mettre en place des solutions rapidement et pas uniquement quand il est acculé au pied du mur suite à une tragédie. Il est grand temps que les élu.e.s le reconnaissent et s'engagent activement afin de renforcer nos capacités d'agir collectivement. C'est urgent!
 






Revue de presse
Revue de presse

Au régional: Au national:

Photos
(partie en construction)